Média 1000

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Aah, les amours adolescentes...
    Aah, les amours adolescentes...
    -; T'as de beaux seins, toi. Les miens sont pourris.
    -; Dis pas ça, répond Hélène à Mel, je les adore. Tu ressembles à Jane Birkin.
    Les années passent et l'amourette lesbienne devient une amitié ambiguë. Mel finit par épouser son Bruno, tandis qu'Hélène, la narratrice de ce récit torride se consacre désormais davantage à son travail qu'au sexe...
    Mais ces nouvelles vacances lui offriront peut-être un nouveau départ. Le couple modèle, " classe moyenne bon chic bon genre ", cache un secret. Une fois refermée la porte du pavillon, Bruno est un Maître intraitable et Mel sa soumise épanouie. La découverte de ce nouvel univers, son érotisme puissant, sa violence sourde, ses codes à la fois kitsch et romanesques, fascine et inquiète notre héroïne. Elle n'hésitera pas à se mettre en danger ni dépasser les limites de la morale ou de la bienséance pour satisfaire sa curiosité... jusqu'à aller trop loin ?

  • Alonzo Carbone est un masseur très consciencieux. Surtout quand la dame est jolie, qu'elle s'abandonne bien à ses mains... et à ses yeux. Voyeur, tripoteur, ce kinési exerce un métier rêvé pour assouvir tous ses fantasmes. Ce qu'il aime le plus : dépraver une oie blanche. Et voilà qu'on lui envoie des photos compromettantes d'une de ses jeunes patientes. Devinez un peu à quels chantages crapuleux il va se livrer sur la belle ! Exercices aux espaliers ou sur cyclorameurs vont devenir (dans le plus simple appareil) prétextes à mille jeux sexuels plus scabreux les uns que les autres... Mais ces photos, qui les a envoyées ? Et pourquoi ? Ah, c'est là que l'histoire se corse...

  • Pour quelques rares initiés, le coeur de Bordeaux palpite parfois au rythme des nuits de cuir. Des jeunes femmes menées par leurs amants ou leurs maris, sanglées dans des harnais diaboliques ou contraintes par d'émouvants corsets, s'abandonnent à des fêtes baroques. Et quand Pascale, par la volonté d'un ami, se trouve entraînée dans ces nuits, elle n'a d'autre choix que de se soumettre. De fil en aiguille, elle sera conduite dans des chasses privées, où, sanglée de cuir, elle servira de gibier à d'étranges battues n'ayant pour but que le plaisir. Jean-Charles Rhamov nous prouve ici que la capitale girondine n'est pas la belle endormie qu'on veut bien laisser croire, et si son héroïne se perd dans le labyrinthe des émotions ce n'est que pour mieux laisser son corps exprimer la jouissance.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Une métropolitaine perd la tête entre les bras de beaux Martiniquais !
    C'est parce que son père est un aristocrate ruiné et qu'il a désespérément besoin d'argent que Katherine accepte de se rendre en Martinique et d'épouser un membre de cette dynastie déclinante de békés, les riches blancs de l'île qui sont en minorité et font venir des blanches du continent pour préserver la pureté de leur race. Dans la chaleur tropicale, chacun s'adonne à ses pulsions sans grande pudeur, et Katherine se trouve entraînée dans un mouvement irrésistible qui lui fait découvrir le goût des peaux et des sexes insulaires...

  • L'héroïne de ce roman, jeune femme moderne et célibataire, s'ennuie dans son boulot et dans sa vie jusqu'au jour où les circonstances mettent sur la route une maison de passe clandestine...
    L'héroïne de ce roman, jeune femme anonyme et célibataire, s'ennuie. Sa sexualité explosive ne suffit pas à la combler, jusqu'au jour où... Découvrant l'existence d'une maison de passe clandestine aux pratiques extrêmes, elle décide de " goûter " aux menus sexuels proposés par les propriétaires.
    Notre héroïne devient bientôt une cliente régulière de l'établissement, dans lequel tous ses fantasmes - des plus avilissants aux plus étranges - prennent vie.
    Insatiable est un premier roman-feu d'artifice où tous les curseurs du désir et du plaisir sont dans le rouge. Une plongée vicieuse et excessive dans le chaos du sexe...
    Pour Claire Von Corda, écrivaine et musicienne issue de l'underground, le porno est avant tout une question de style. Si elle ne rechigne pas à mettre en scène, dans ses histoires, sa propre vie ou celle de ses proches, il ne faut pas non plus croire tout ce qu'elle raconte.

  • " Il n'y a pas de mal à se faire du bien ! "

    Prenons deux jeunes couples : Gilles et Sophie d'un côté, Léa et Dany de l'autre. Ils ont trente-cinq / quarante ans, se connaissent depuis toujours, partent en vacances ensemble, aiment le sexe par-dessus tout. On a beau être mariés, " ça " finit toujours par arriver, surtout quand on est tout le temps de bonne humeur et qu'on ignore la jalousie. Il suffit d'un " strip-rami " bien arrosé dans une caravane de camping. Et la sarabande se met en marche. Gilles et Léa, qui y pensaient depuis longtemps, vont de leur côté. Dany et Sophie, qui y pensaient très fort aussi, vont du leur. Mais les cloisons des mobile homes sont minces, et les bruits intimes des uns excitent les autres, et réciproquement. À la fin de la soirée, les couples légitimes se reconstituent, pour remettre ça dans le lit conjugal. Mais auparavant, au moment de l'interlude, les deux femmes se sont retrouvées dans la salle de bains...

  • La narratrice de cette confession a découvert le sexe assez tôt, mais sans en retirer de grandes satisfactions. Divorcée au bout d'une dizaine d'années, sans enfant, elle s'est surtout consacrée à son métier de chirurgienne jusqu'à l'approche de la quarantaine. C'est alors qu'elle fait la connaissance d'Éric, un homme plus jeune qu'elle et cette rencontre va bouleverser sa vie. Non seulement Éric sera le premier à lui faire connaître le vrai plaisir des sens mais, très cérébral, il va lui faire goûter au sexe à trois puis au " gang bang " en la livrant à ses amis. La narratrice se laisse emporter par ces expériences qui la comblent tout en poursuivant parallèlement une relation intime avec son amie Clarisse qui lui a fait découvrir l'amour entre filles. Et tout ce petit monde va se réunir pour se laisser emporter cul par-dessus tête dans le tourbillon du " vice "...

  • Une jeune Française devient l'escort de luxe d'un riche et pervers homme d'affaires chinois...
    De par le vaste monde, existent bon nombre de traditions bizarres. Véronique, jeune prof de dessin vacataire, ne l'ignorait pas. Pourtant, en rencontrant, M. Chen, un riche homme d'affaires, elle ne se doutait pas qu'il lui proposerait de devenir sa fille adoptive afin de respecter une vieille coutume familiale liée à une de ses ancêtres. En contrepartie, elle devait s'engager à devenir une vraie courtisane experte dans les jeux du sexe. N'ayant jamais reculé devant une expérience, Véronique acceptera, et bien plus que la recherche du confort matériel, c'est la quête du plaisir qui sera sa voie.
    Encore un nouvel érotique de Claude Delbouis. On y retrouvera ses thèmes de prédilections, mais cette fois avec un zeste de philosophie orientale. Laquelle ne fait que rejoindre ce qu'il a toujours pensé : les histoires de cul, ça commence d'abord dans la tête.

  • Alexandre et Liliane forment un couple singulier. Liliane adore la vie et tous ses plaisirs, c'est une bonne vivante, tandis qu'Alexandre est très réservé. Mais s'il est une chose sur laquelle ils s'entendent à merveille, c'est bien le sexe, une passion qu'ils ont en commun. Ils n'arrêtent pas de s'envoyer en l'air : Alexandre, par exemple, est capable de " lécher " sa femme pendant des heures. Quant à elle, elle adore prendre des postures cochonnes, et " s'assoit " volontiers sur le visage de son époux. La belle affaire, me direz-vous, tout le monde en fait autant, non ? Peut-être, mais ce qu'ils vont faire ensuite, après s'être ouvert l'appétit à deux, non, tout le monde ne le fait pas. Et je vous laisse découvrir de quoi il s'agit... la pudeur m'empêche d'en dire plus long ! Nous vivons, paraît-il, dans une époque " libérée " ! Certes, certes... mais les culs pincés sont encore très nombreux, mes amis ! Ne les offusquons pas !

  • Gilles entamait une année sabbatique quand Sylvaine a débarqué dans sa vie. Cette maîtresse femme ne fait rien comme tout le monde. Et pourtant, avec elle, Gilles est tout le temps en état de jouissance. Il faut dire que quand elle est là, les jeux sexuels ne cessent pas, et que quand elle n'y est pas, c'est la même chose : elle a donné des directives à son soumis qui sait ce qu'il a à faire en son absence. Elle fait ce qu'elle veut de lui ? Et si c'était juste le contraire...

  • En mai 68, à Clermont-Ferrand, une étudiante fauchée se laisse emporter par le mouvement de libération sexuelle qui brise les tabous de l'époque. Pour pouvoir s'acheter une robe qu'elle convoite, elle accepte de poser nue pour un professeur des Beaux-Arts à la réputation sulfureuse. Ces séances vont vite tourner à la plus franche canaillerie... Découvrant les plaisirs sournois de l'exhibitionnisme, Corinne éprouve vite d'autres curiosités. Les jeux les plus cochons trouveront en elle une adepte enthousiaste. Que diable, s'il faut libérer le sexe, libérons aussi tous les démons qui s'en nourrissent...

  • Moiteurs malgaches

    Aurore T

    Travaillant pour une ONG spécialisée dans la protection des forêts, Aurore T. débarque à Madagascar pour six mois et se retrouve bien vite au fin fond de la cambrousse, où l'arrivée d'une jeune blanche ne passe pas inaperçue. Après quelques difficultés d'adaptation, Aurore ne tarde pas à découvrir les moeurs très libres des habitants, qui n'allument pas que des feux de brousse, et les insolites pratiques sexuelles des marabouts qui ont plus d'un tour dans leur sac à malices...

  • Ayant terminé ses études, la jeune Marie-Ange est engagée comme secrétaire par un grand médecin de la ville. Timide et secrètement perverse, elle cède dès le premier jour (après avoir subi elle-même un examen médical très approfondi) aux bizarres exigences de son employeur. Celui-ci a une femme infirme qui se console en punissant les maîtresses de son mari. Délices et sévices, un cocktail détonnant... et pourtant, rien n'est inventé !

  • Kelly, jeune Française délurée, nous conte sa découverte juvénile de l'Amérique, au cours d'un " stage " plutôt mouvementé. Figurez-vous qu'elle a accepté de donner des cours de français à un jeune homme de bonne famille, Irving, un garçon très timide. Il ne va pas le rester longtemps, avec Kelly ! Mais voilà que Daddy s'aperçoit de la chose ! Kelly sera punie comme elle le mérite, cette dévergondée. Sous ses airs austères et vertueux, Daddy est en effet un virtuose du martinet ! Il aime, avant de passer à d'autres jeux, que ses victimes aient les joues bien rouges. Et pas seulement de honte !
    Et pas seulement celles du visage...

  • Une jeune femme occidentale débarque au Japon, et y découvre la débauche sexuelle...
    Le Japon, un point sur la carte que la narratrice découvre le jour où son mari est muté à Tokyo. Mais alors que ce dernier reste à la surface des choses, sa femme, elle, explore les tréfonds de la sexualité nippone jusqu'à s'y perdre. Ou peut-être que ce parcours est une libération, et que la femme dominatrice et perverse qui nous apparaît au fi l des pages est la véritable Anita ?

  • Une étudiante bisexuelle croque la vie (et les amants) à pleines dents !
    Ah, ça, pour être perverse, elle l'est, notre étudiante. Non contente de s'amuser avec sa bonne (qui lui est toute soumise), elle s'avise de donner des cours particuliers à deux jouvenceaux (le frère et la soeur) qui ne demandent qu'à s'instruire. Je vous garantis qu'avec une répétitrice pareille ils seront armés pour la vie (sexuellement parlant, en tout cas). Mais ils ont aussi, ces jouvenceaux, une maman charmante... Notre jeune ogresse n'en fera qu'une bouchée.
    Cela étant, si elle veut passer sa maîtrise, il faut que, de son côté, elle soit très docile avec son directeur de thèse. Lequel, figurez-vous, a une jeune femme qui... que... Houlà, mais c'est une vraie saga, ma parole !
    Il ne reste plus aux lecteurs (et aux lectrices) qu'à se joindre au sabbat. Au prix où est vendu ce livre, avouez que c'est donné !

  • Jeune pigiste dans un magazine féminin, Clarisse passe vite de la rubrique du coeur à celle des pages " société " ou " mode ", grâce à une plume alerte et un tempérament de feu. En quête d'articles chics et chocs, elle sort dans des lieux branchés où la débauche est tendance et découvre les coulisses sensuelles du monde de la mode. Les tentations y sont grandes, Clarisse y succombe volontiers avec ses copines de la rédaction qui croquent les mâles comme des bonbons et testent les sextoys sans complexes.
    Entre deux escapades en Asie, Patrick Saint-Just croise à Paris la jolie Clarisse et craque pour cette apprentie journaliste aux dents longues. Après quelques soirées bien arrosées, elle accepte de lui raconter les histoires croustillantes qui ont jalonné sa jeune carrière dans la presse. A charge de revanche, il a promis de l'emmener en reportage en Asie, histoire de lui donner matière à des articles épicés.

  • Arlette est ce qu'on nomme une "femme facile", autrement dit, elle a la cuisse légère; comme elle est plutôt agréable à regarder, elle en profite et n'hésite pas à se servir de ses charmes pour obtenir ce dont elle a envie. Et comme elle prend facilement son pied, pour elle, c'est tout bénéfice. Vous la trouvez cynique? Elle ne vous dira pas le contraire; mais quoi, on ne vit qu'une fois, hein? Alors, tendre proie ou rusée prédatrice, à vous de le dire...
    Carlo Vivari, auteur porno, rewriter professionnel, correcteur dans la presse magazine, a eu l'opportunité de recueillir les confidences détaillées d'Arlette, laquelle a préféré garder l'anonymat.

  • Diane de Beaumont, blonde opulente à l'orée de la quarantaine, se prélasse dans la décadence et dans un luxueux décor Louis XVI. Elle s'ennuie un peu, la main passée dans l'échancrure de son peignoir Chanel... Vanessa, sa bonne antillaise, va la prendre en main. Diane aime jouir... qu'à cela ne tienne, Vanessa va lui en donner, jusqu'à plus soif. Pour commencer, la domestique va se faire appeler " Maîtresse " ; la baronne, elle, se fera traiter de " chienne ", de " truie ", et en redemandera. Vanessa, qui s'est munie de godes, cravaches, menottes, colliers de chien, boules de geisha et autres, va faire la loi dans la noble demeure. Elle ira jusqu'à se servir de sa confortable patronne comme d'un cabinet de toilette et l'enverra en visite dans le monde... avec un vibromasseur entre les fesses. Et voilà qu'entre en scène Omar, un
    robuste Malien... Les extases de la baronne ne connaîtront plus de limites. Un bon petit porno de derrière les fagots comme on en cuisinait au temps jadis...

  • Josette a des parents " libérés ". Son père, sa mère, adeptes d'une sexualité laxiste, se promènent souvent nus devant elle. C'en est assez pour en faire une jeune fille timorée, très craintive, elle, devant ces " choses ". C'est un schéma classique : les enfants de parents vertueux sont souvent les pires débauchés... et vice versa. Mais voilà qu'un jour, un ami de ses parents, kinésithérapeute, est amené à la soigner. Il la soignera si bien et d'une façon si particulière que Josette prendra de plus en plus goût à la " chose ". Mais elle, sa sexualité ne sera pas " libérée ".

  • Tout le monde a des fantasmes, mais pour certains, les vivre tourne à l'obsession et Clara, le personnage central de ce livre, a créé pour eux un institut pour les aider à réaliser leurs envies particulières. II y a les exhibitionnistes, les amateurs de jeux d'eau ou de mises en scènes étranges, les cocus complaisants, celles qui raffolent des gros calibres ou ceux qui adorent les femmes aux énormes mamelles. Dans le domaine du plaisir, l'imagination, donc la variété, est reine.
    Depuis que je connais Claude Delbouis, j'ai noté chez lui une attirance marquée pour le hors normes, le bizarre, sans doute parce que dans son idée les histoires de cul commencent d'abord dans la tête. Quoi qu'il en soit, après son précédent livre, Bondage, il offre cette fois tout un bouquet de fantasmes à déguste

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Un homme séduit sa belle-mère et sa belle-soeur... Quel coquin !
    Après une jeunesse aventureuse à l'étranger, Victor est de retour en région parisienne. C'est l'occasion de renouer avec la famille. Et quelle famille ! D'abord, il y a la mère, Thérèse - qui n'est pas sa mère, plutôt sa belle-mère, la seconde épouse du père. Celui-ci ayant disparu, c'est l'occasion de régler des comptes intimes. Par-devant, par-derrière, en buvant comme des trous, rien ne fait peur à nos débauchés familiaux. En revanche, la soeur de Victor, Marianne, n'est pas une belle-soeur, elle, c'est une vraie ; elle n'en est que plus exigeante. De toute façon, une belle-soeur, il y en a déjà une : Célia, l'épouse du frère aîné ; elle aussi en veut pour son compte... Et en outre, elle désire faire tester, téter aussi - allez, ne lésinons pas, on est en famille ! - Aline, une jeune fi lle au pair qu'elle désire engager comme bonne à tout faire (vraiment " tout "). Croyez-moi, le cher Victor n'a pas de temps à perdre devant la télé !

  • Simon est " videur " dans une petite boîte de nuit provinciale. C'est une brute assez sadique et il aime maltraiter les dames qui lui accordent leurs faveurs. Un jour, arrive une touriste perverse qui lui promet beaucoup d'argent s'il accepte de lui obéir... Cette femme a été autrefois victime d'un viol qui l'a traumatisée. Depuis, elle cherche à exercer sa vengeance sur les machos... Et elle ne manque pas d'invention ! J'oubliais : cette dame a une soeur... et Simon, lui, a une petite amie très docile... Je ne vous en dis pas plus !

  • C'est bien joli de partir en vacances organisées dans certaines îles tropicales. Mais il peut arriver que la politique locale s'en mêle, et que d'imprudentes touristes se trouvent prises au piège. Emmenées à dos d'éléphant dans les profondeurs de la jungle, elles vont servir d'otages. En attendant leur rachat, elles passent le temps comme elles peuvent. Il fait si chaud qu'on ne supporte presque rien sur sa peau. Et la sueur éveille souvent des démangeaisons érotiques qu'on satisfait comme on peut. D'autant plus que les ravisseurs qui n'ont pas les yeux dans leurs poches, sont prêts à tout pour satisfaire la libido des étrangères. D'insolites jeux s'ensuivent, plus pervers que méchants. À leur retour, les imprudentes touristes auront de bien lubriques souvenirs ! Rassurez-vous, c'est un conte de fée, et tout est bien qui baise bien !

empty