La Beauté sur la terre (préface Christian Morzewski)

À propos

Juliette, 19 ans, débarque de Cuba au printemps dans une communauté vigneronne petite et étriquée, prise entre lac et vignes ; et la quittera secrètement en août pour une destination inconnue. Elle a beau être la nièce du cafetier Milliquet, Juliette restera une étrangère, foncièrement différente des villageois, principalement par sa beauté mystérieuse. Sa présence éphémère au sein des habitants va modifier fortement leur quotidien. Car elle possède une sorte de don, de pouvoir magnétique d'attraction. Mais Juliette, en toute innocence, va diviser le groupe jusqu'au drame. Ce texte lie les thèmes de la beauté, de la solitude et du désir sexuel pour dire l'imperfection du monde.

La proximité de Ramuz avec la peinture, celle de Cézanne en particulier, et avec la musique, populaire comme celle de Stravinski, est magistrale dans ce roman, La Beauté sur la terre, paru en 1927 chez Mermod à Lausanne et en 1928 chez Grasset à Paris. C'est un roman presque d'action, que la critique a abondamment salué.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Charles-Ferdinand Ramuz

  • Éditeur

    Editions Zoé

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Date de parution

    24/11/2022

  • Collection

    C. F. RAMUZ

  • EAN

    9782889071173

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    409 Ko

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    3.0

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Charles-Ferdinand Ramuz

Charles-Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, il fait des études de Lettres puis s'installe pour dix ans (1904-1914) à Paris où il fréquente Charles-Albert Cingria, André Gide ou le peintre René Auberjonois. Il finalise Aline (1905), écrit Jean-Luc persécuté (1909), Vie de Samuel Belet (1913).
En 1914, Ramuz, encore considéré comme un écrivain du terroir à Paris, revient en Suisse et s'installe dans les vignes du Lavaux. Il rédige le manifeste des Cahiers vaudois. Cette revue, autant que maison d'édition, réunit les créateurs majeurs de Suisse romande (Cingria, René Auberjonois, Gustave Roud), mais aussi Romain Rolland ou Paul Claudel. Les Cahiers paraîtront jusqu'en 1919.
Son oeuvre, pétrie de pessimisme et de fatalisme, est une longue série de variations sur l'amour et la mort, seuls sujets vraiment dignes d'être traités, de l'aveu de Ramuz. Ses audaces stylistiques lui valent le reproche de mal écrire « exprès ». Mais il n'est de loin pas partagé par tous: dès 1924, Grasset publie les livres de Ramuz et lui assure ainsi un succès auprès des critiques et du public. Entre 1929 à 1931, il dirige la revue Aujourd'hui. Dans les dernières années de sa vie, il s'essaie également à des textes politiques et autobiographiques, avant de s'éteindre à Pully en 1947.
Son œuvre est aujourd'hui publiée dans la collection de la Pléiade.

empty