Le journal d'un fou, le nez ; nouvelles de Pétersbourg

À propos

Les célèbres Nouvelles de Pétersbourg, écrites entre 1835 et 1842, ne furent rassemblées et réunies par l'auteur qu'en 1843 autour de ce point commun : la ville de Pierre le Grand. Mêlant l'humour et la satire au fantastique, elles sont les témoins inégalés d'une époque et des petites histoires qui se déroulent au détour de la Perspective Nevski. « Nous sommes tous sortis du Manteau de Gogol. » (attribué à Dostoïevski). Ce volume contient Le Journal d'un fou, Avenue Niévsky, Le Nez, Le Manteau, Le Portrait. Traductions de Michel-Rostislav Hoffman et Tatiana Rouvenne.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782371240520

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    328 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Nicolas Gogol

1809-1852 Après des études médiocres, il s'établit à dix-neuf ans à Saint-Pétersbourg, où il trouve une place d'expéditionnaire dans un ministère. Instable, il abandonne bientôt son emploi et se met à écrire. Il se lie alors avec Pouchkine, qui sera pour lui un excellent conseiller. Un roman, 'Tarass Boulba', lui vaut une chaire d'histoire à l'université de Saint-Pétersbourg. Gogol donne alors une série de nouvelles pétersbourgeoises qui mettent l'accent sur le divorce existant entre le rêve et la réalité. De 1841 date son chef-d'oeuvre, qui introduisit le thème de la pitié sociale dans la littérature russe, 'Le Manteau'. En 1841, il rentre en Russie pour la publication de son roman 'Les âmes mortes' dont la seconde partie ne fut pas publiée. En 1848, il part pour Jérusalem afin de travailler, dit-il, à sa perfection spirituelle. Il en revient dans un état d'exaltation religieuse extraordinaire, et mène désormais une vie de prière et de jeûne. Épuisé, il meurt d'une fièvre typhoïde en 1852.

empty