La chute d'Icare

,

À propos

Au sein de la mer Égée, l'île d'Icarios a une extraordinaire réputation grâce à son sanctuaire dédié au dieu guérisseur Asclepios. La riche cité, entourée de puissants remparts établis jadis par les grecs, est dominée, près de sa rade, par un immense rocher d'où, prétendent les Icariens, le célèbre héros Icare se serait envolé vers le Péloponèse. Un soir, tandis qu'Alix et Enak débarquent dans le port, d'étranges bateaux accostent sur une partie déserte de l'île. Heureusement prévenue à temps par Alix, la petite garnison de soldats romains s'enferme derrière les murs de la place forte. Ce sont des pirates qui encerclent le sanctuaire, avec à leur tête, le redoutable Arbacès que tous croyaient mort ! Alix et Enak parviendront-ils à contrecarrer les plans d'Arbacès et de son sinistre complice Numa Sadulus ?

  • EAN

    9782203197237

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    50 Pages

  • Poids

    84 766 Ko

  • Lectorat

    à partir de 9 ANS

  • Distributeur

    Flammarion

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jacques Martin

Né à Strasbourg en 1921, Jacques Martin se découvre très tôt une passion pour le dessin et pour l'histoire. Il entre aux Arts et Métiers où il reçoit une formation purement technique. Il en reconnaîtra plus tard les vertus, dont une certaine rigueur, qui contribuera à faire de lui -avec Hergé et Jacobs- l'un des trois représentants majeurs de l'école dite "de Bruxelles". En 1946, il part en Belgique et fait le tour des éditeurs avec son carton à dessin. Alternant illustration et bande dessinée, il s'associe avec un graphiste nommé Leblicq - d'où le pseudonyme Marleb, qu'il continuera d'utiliser quelques temps. Il crée Monsieur Barbichou, Oeil de perdrix et Le hibou gris, dont la suite, Le sept de trèfle, peut être considérée comme un brouillon de La grande menace. Il conçoit un projet de journal pour les jeunes baptisé Jacky, qui ne verra jamais le jour (le premier numéro de Tintin est en train de sortir). C'est dans Tintin qu'il crée Alix en 1948, et Lefranc en 1952. Il entre aux studios Hergé en 1953, où il restera dix-neuf ans pendant lesquels il travaillera sur diverses aventures de Tintin, et publiera sept Alix et trois Lefranc. Dans la décennie suivant sa séparation d'avec les studios, il accélère le rythme avec neuf Alix et quatre Lefranc. En 1984, il concrétise deux rêves anciens - Jhen, l'histoire d'un compagnon d'armes de Gilles de Rais, avec Pleyers, et Arno avec Juillard. En 1991, il crée Orion et scénarise Kéos. Cultivant une sorte de compagnonnage, il s'entoure de nouveaux collaborateurs pour créer Les Voyages d'Orion, série consacrée à la reconstitution des grands sites antiques. En 1996, il publie le 20ème Alix, intitulé Ô Alexandrie, avec Rafaël Morales. Jehanne de France et L'or de la mort, deux aventures initialement parues sous le label Xan aux éditions du Lombard, paraissent en 1998 et rejoignent leur place dans la collection Jhen chez Casterman. En 1999, Kéos intègre le catalogue Casterman. A cette occasion les deux premiers albums sont réédités et Le veau d'or, dessiné en 1994, publié pour la première fois.

Rafaël Moralès

Né en 1969 à Montreux en Suisse, Rafaël MORALES se passionne très jeune pour l'histoire de l'antiquité. Plusieurs voyages en Égypte, une importante documentation sur cette civilisation fabuleuse, témoignent de cette passion à laquelle s'ajoute un grand intérêt pour la bande dessinée. En 1987 il devient l'assistant de Jacques Martin sur les aventures d' ALIX dont il dessinera cinq albums. Il travaille toujours sur la série des Voyages d'Alix dont il assurera trois volumes aux éditions Casterman. Désireux de signer une oeuvre personnelle, il crée HOTEP sans pour autant renier l'influence graphique qu'il doit à Jacques Martin.

empty